Les yeux sont les fenêtres de l'âme a-t-on l'habitude de dire, mais c'est à ce niveau que se remarque le plus souvent les traces de l'âge donnant un regard fatigué et vraiment las. Heureusement, il existe diverses techniques pour effacer ou atténuer ces signes de vieillesse et quand les produits ne suffisent plus, on fait appel à l'oculoplastie ou chirurgie du regard.

Les objectifs

L'oculoplastie vise à rajeunir le regard et à le rendre plus lumineux. En ce sens, les chirurgiens ophtalmologistes peuvent traiter différentes zones qui ont un impact sur la vue. Cela peut inclure une chirurgie des paupières, le traitement de malformations au niveau de cette zone, la suppression de tumeurs, …

De ce fait, elle ne se limite pas au domaine esthétique, mais concerne aussi le côté fonctionnel et médical. Toutes les méthodes menées visent un objectif commun : celui d'effacer tout ce qui peut gêner ou compromettre la vue d'une quelconque manière que ce soit.

Les champs d'action

Cette chirurgie peut toucher toute la région située autour de l'œil ainsi que des zones situées plus en profondeur. On peut ici parler de la blépharoplastie qui se traduit d'une manière générale par la chirurgie des paupières. Cela peut inclure une intervention à des niveaux plus profonds tels que sur les muscles palpébraux et au niveau des organes accessoires (glandes sébacées, follicules pileux, …) ainsi que des actions en surface au niveau de la peau supérieure (correction d'un affaissement des paupières, suppression des rides, …).

D'une vue plus large, elle opère au niveau de la zone périoculaire, au niveau des cernes dites sillon jugo-palpébral, au niveau des sourcils et même au niveau des poches graisseuses. 

Dans les détails de la blépharoplastieLa blépharoplastie est une méthode phare de l'oculoplastie. Elle n'a pas qu'une visée esthétique, puisque permet aussi de corriger certaines anomalies. Elle est sollicitée pour remédier à :

-          Des anomalies cancéreuses ou des tumeurs des paupières : la majorité des patients qui en souffrent ont un âge avancé d'un côté à cause du vieillissement de la population et d'un autre, à cause de l'exposition abusive au soleil d'il y a trente ans sans port de lunettes de soleil

-          Des anomalies relatives au vieillissement : cela peut être d'ordre purement esthétique ou seulement fonctionnel. Dans ce contexte-ci, la chirurgie permet de corriger une ptose des paupières qui se traduit par un affaissement pouvant couvrir l'axe visuel et représenter un danger pour la cornée et le globe oculaire lui-même. Cet affaissement est souvent dû à l'âge du patient et aux effets du vieillissement

-          Des anomalies de fermeture des paupières : cela arrive lorsque les paupières sont trop petites ou présentent une malformation

-          Des anomalies congénitales se référant souvent à un problème au niveau du positionnement des paupières. La plus souvent rencontrée dans ce domaine est le phénomène de « ptosis » qui se définit par une position trop basse de la paupière occasionnant une gêne plus ou moins importante à la vue. Si votre enfant en souffre, il est important d'y remédier assez tôt (avant 6-8 ans) pour qu'il ait un développement oculaire correct. Traité trop tard, le ptosis peut engendrer une amblyopie c'est-à-dire que l'œil, même après correction du trouble, ne sera plus capable de fonctionner correctement puisque le cerveau visuel ne s'est pas développé en parallèle avec le développement de l'œil

Quelle que soit l'imperfection ou l'anomalie à traiter, les tendances utilisées se veulent aujourd'hui les moins invasives possibles.

Les approches chirurgicales

Dans le domaine de la chirurgie du regard, les plasticiens font le plus souvent appel à des micro-incisions et des approches moins invasives. Les techniques varient néanmoins en fonction de la zone traitée.

-          Pour l'orbite :

Les zones traitées dans ce contexte sont les muscles oculomoteurs, la glande lacrymale et les structures annexes au globe oculaire. Pour ce faire, les oculoplasticiens font appel à des méthodes d'imagerie très précises comme l'imagerie 3 Tesla ou imagerie par résonnance magnétique (IRM).

-          Pour les malpositions des paupières :

Cela se réfère le plus souvent au ptosis ou à la malposition des paupières inférieures. L'intervention chirurgicale menée aura pour objectif de ramener les muscles palpébraux à la bonne position.

-          Pour les tumeurs :

Les solutions peuvent être orientées vers une radiothérapie ou vers une ablation dite exérèse lorsque la tumeur est moins importante. Dans le cas contraire, l'on procèdera à une reconstruction des tissus de paupières par des greffes ou des lambeaux. De nos jours, le chirurgien oculoplasticien peut intervenir dans une réunion de concertation pluridisciplinaire lorsque les tumeurs impactent sur l'œil.

-          Pour des chirurgies périoculaires :

Les techniques les moins invasives utilisées sont la lipostructure périoculaire, l'ajout de cellules graisseuses ou la post-radiothérapie qui vise à apporter plus de volume.

On peut également évoquer le peeling et le traitement au laser qui se font en mode ambulatoire. Ils sont utilisés pour remettre les tissus détendus en tension.

L'avis des professionnels

Les ophtalmologues ont tenu à préciser que leur métier a un champ d'action très vaste puisque se concentre sur le nerf optique jusqu'au tréfonds de l'orbite sans oublier les paupières, véritable protection du globe oculaire.

Et ces professionnels peuvent avoir des spécialités diverses. Ce qui est sûr c'est que pour devenir chirurgien ophtalmologiste oculoplasticien, il faut se spécialiser en chirurgie du regard laquelle est validée par un diplôme universitaire et coordonnée par une Société scientifique.

Les chirurgiens maxillo-faciaux et les chirurgiens dotés d'un diplôme de chirurgie esthétique et reconstructrice peuvent également opérer la région périorbitaire. Leurs techniques ne seront toutefois pas les mêmes utilisées par les oculoplasiciens.