La correction de la gynécomastie se définit par une réduction mammaire chez l'homme, la gynécomastie étant une hypertrophie de la glande mammaire. Pour remédier à cette petite erreur de la nature, il est possible d'enlever la glande mammaire ou l'amas graisseux qui l'entoure. Cette correction ne peut se faire que grâce à la chirurgie esthétique et même si en Tunisie, elle représente une opération bénigne, en tant qu'intervention chirurgicale, elle expose le patient à des risques et des complications pouvant être solutionnés.

Les risques de la réduction mammaire chez l'homme

Suite à une ablation de la glande mammaire ou de la lipoaspiration du surplus graisseux qui se situe au niveau des seins, le patient peut présenter :

- Un excédent cutané

- Une concavité de l'aréole

- Une chéloïde

- Des nodules

- Des zones creuses

Les complications qui peuvent se présenter

Dans les cliniques tunisiennes qui effectuent une correction de la gynécomastie, les complications suite à ce type d'intervention sont rares, mais ne sont pas inexistantes. Pour les éviter, le meilleur conseil qui puisse vous être donné est de recourir les services de médecins compétents et expérimentés en la matière. Les complications qui peuvent apparaître sont :

- L'hématome

- La phlébite

- La nécrose de la peau

- L'infection

- L'épanchement séreux

- Les troubles de la sensibilité de la peau

Comment remédier à ces risques et complications ?

Qu'il s'agisse de risques ou de complications durant une ablation de la glande mammaire chez l'homme, ils peuvent être évités et traités rapidement.

- En ce qui concerne les risques :

Les nodules et les zones creuses peuvent être traités par des massages réguliers et une hydratation locale. Ces traitements servent surtout à atténuer les résultats non souhaités, mais à long terme, ils finiront par les faire disparaître.

Pour les chéloïdes, c'est-à-dire, les cicatrices qui ne guérissent pas comme il le faudrait, le médecin peut y remédier de deux manières : la première concerne l'infiltration de corticoïdes retards au niveau de la cicatrice et la seconde consiste à couvrir la cicatrice d'un pansement à base de silicone. Les deux méthodes peuvent être utilisées en parallèle si la chéloïde est très avancée.

Concernant l'excédent cutané, une nouvelle intervention chirurgicale devra être programmé, non pas immédiatement après la correction de la gynécomastie, mais plusieurs mois après le temps de voir les effets de la rétraction de la peau.

- En ce qui concerne les complications :

Les complications suite à une exérèse ou une liposuccion d'une gynécomastie sont rares, mais ne sont pas impossibles. Elles peuvent toutefois être traitées facilement. Prenons par exemple, l'hématome, complication ou pas, cette intervention chirurgicale fera toujours apparaître des hématomes et des oedèmes qui finissent par se résorber seules. Dans le cas où l'hématome persiste, le médecin peut l'évacuer.

On a également évoqué la phlébite. C'est un cas rarissime puisque la majorité des patients sont bien portants et jeunes. D'ailleurs, ils peuvent se lever quelques heures seulement après l'intervention ce qui diminue le risque de phlébite. Soulignons qu'une réduction mammaire chez l'homme se fait en mode ambulatoire donc le patient devra peu de temps après se lever pour rentrer chez lui.

Pour l'épanchement séreux, il n'y a rien de grave, car soit il se résorbe spontanément soit le médecin met en scène une micro-ponction évacuatrice.

La nécrose de la peau est elle aussi très rare, car durant l'intervention, il n'y a presque pas de décollements cutanés, voire très peu.

Quant aux infections, une réouverture de la cicatrice peut être nécessaire pour entamer des lavages antiseptiques. Le patient devra également suivre un traitement antibiotique pour faire disparaître rapidement l'infection. En général, l'infection est surtout due à une mauvaise hygiène du patient suite à l'opération.

Enfin, pour les troubles de la sensibilité, vous n'avez rien à craindre, car cela est tout à fait normal. Cette insensibilité finit d'ailleurs par disparaître d'elle-même donc il faut seulement donner le temps à la repousse nerveuse.

L'intervention chirurgicale qui vise à remédier à une gynécomastie n'est donc pas sans risques. Néanmoins, il ne faut pas vous alarmer, car les complications sont plus que rares. Les médecins Tunisiens n'ont d'ailleurs jusqu'ici rencontrés de problème majeur. En savoir plus pour reserver un séjour en Tunisie ici .