Euny Hong, qui a écrit l’ouvrage intitulé « The Birth of korean Cool », a été interviwé par Terry O’Kelly sur la chirurgie esthétique pour les sud-coréens. Depuis quelques années, il semblerait que plus de 30% des femmes de ce pays ont déjà eu recours à ce type d’intervention.

L’auteure explique que la contre-tendance est une mode d’actualité, comme le témoigne d’ailleurs l’émission de téléréalité « Back to my face ». Certains sud-coréens qui ont subi auparavant des opérations en chirurgie esthétique, veulent retrouver leur visage d’avant les interventions.

Avoir le visage de l’adolescence

Selon un article publié dans Munhwa Ilbo, le nombre de patientes âgées entre 40 et 50 ans qui ont recours à la chirurgie esthétique a considérablement augmenté. Pour la majorité, il s’agit de retoucher le visage, de faire rajouter une double paupière ou de la rhinoplastie. D’après l’article, les mères de familles voudraient retrouver le même visage qu’elles avaient du temps où elles étaient jeunes filles. Les cliniques spécialisées dans le domaine n’ont d’ailleurs pas tardé à satisfaire ces patientes en créant des packages proposés à des prix très compétitifs.

Rester beau et jeune

Cette tendance en Corée du Sud est incitée par une grande pression de la société, poussant ainsi à avoir une apparence physique idéale. Par ailleurs, il y a aussi cet esprit de compétition qui habite les sud-coréens. Dans le milieu professionnel, une intervention en chirurgie esthétique est en passe de devenir une obligation, tant le critère de la beauté influe sur l’obtention d’un poste. L’année passée, un sondage a révélé que 30% des étudiants pensaient recourir ultérieurement à la chirurgie esthétique afin de décrocher un emploi.

Tout comme dans de nombreux pays, la chirurgie esthétique est en plein développement. En Tunisie, les tarifs sont très attractifs, attirant de plus en plus de français chaque année. En savoir plus : http://www.cosmeticatravel.com/tarifs_chirurgie_esthetique_tunisie.asp