Le terme « rhinoplastie » désigne la chirurgie esthétique du nez. La rhinoplastie réparatrice du nez est donc une chirurgie du nez, mais qui se réalise soit après une première rhinoplastie soit suite à un traumatisme.

 

La rhinoplastie

On distingue deux types de rhinoplastie à savoir :

- La rhinoplastie primitive : c'est la chirurgie classique du nez qui est réalisée à but purement esthétique. On l'appelle également chirurgie de diminution, car elle répare le plus souvent un nez avec une bosse.

- La rhinoplastie secondaire : c'est la chirurgie qui est effectuée après une rhinoplastie primitive. Les chirurgiens y font appel soit pour corriger un résultat raté de la chirurgie de diminution soit pour réparer un traumatisme. On l'appelle également rhinoplastie réparatrice du nez.

Le traumatisme

Lorsqu'on évoque ici le terme « traumatisme », on évoque le nez du boxeur. Ce phénomène survient suite à des coups qui ont entraîné des traumatismes au niveau de la pyramide nasale. À chaque traumatisme, un hématome de cloison apparaît. Il s'agit d'une accumulation de sang qui se fait au contact de la cloison. L'hématome ainsi créé peut engendrer une infection qui va provoquer la fonte du cartilage. Dans ce cas de figure, la rhinoplastie va alors remédier à ce phénomène par le biais d'une greffe récupérée sur le patient même. Il faut souligner que le cartilage fondu va laisser un vide que la chirurgie réparatrice va devoir combler d'où la nécessité d'une greffe.

Le déroulement d'une rhinoplastie réparatrice

Si la rhinoplastie réparatrice est sollicitée pour corriger un résultat disgracieux d'une rhinoplastie primitive, le chirurgien va seulement réaliser une ostéotomie pour régulariser l'arête du nez. Il faut savoir que dans la plupart des cas, un mauvais résultat est le fruit d'une absence d'ostéotomie qui aurait dû être effectuée à la première chirurgie.

Si la rhinoplastie réparatrice est effectuée suite à un traumatisme, la greffe de cartilage pour combler le vide pourra être réalisée sur différentes parties de notre anatomie à savoir la côte, l'oreille et l'os qui se situe au niveau du crâne dans le cas où la réparation est assez importante.

Les difficultés souvent rencontrées

Dans le cadre d'une rhinoplastie réparatrice, les interventions concernant les deux tiers supérieurs du nez sont assez faciles et ne posent généralement pas de problème. C'est sur les nez dont la pointe d'intervention a été amputée que les soucis sont rencontrés. C'est également à ce niveau que la chirurgie esthétique se transforme en chirurgie fonctionnelle réparatrice, car le chirurgien va devoir réparer les dégâts. En effet, si durant l'amputation, la valve nasale a été touchée, le patient ne pourra plus respirer puisqu'il y aura collapsus. La valve nasale est un cartilage assez solide qui va s'opposer à la pression négative entraînée par l'inspiration. Lorsque l'amputation l'a endommagée, elle ne sera plus capable de remplir son rôle d'où les difficultés à respirer.

Durant la chirurgie réparatrice du nez, le chirurgien va devoir reconstruire la valve par le biais de petites attelles de cartilages.