L’otoplastie est une intervention chirurgicale à but esthétique qui corrige les oreilles décollées. Elle est souvent réalisée chez de jeunes enfants de sept ans et plus puisque dans la plupart des cas, elle est utilisée tant pour améliorer le physique que pour chasser les complexes rattachés aux oreilles décollées. C’est souvent pour cette deuxième raison qu’elle est sollicitée.

Pourquoi opérer ?

Quand on a les oreilles décollées, on est souvent la cible de moqueries et de railleries que ce soit dans l’entourage ou à l’école. Si quelques personnes les supportent assez bien, d’autres finissent par en souffrir et en développer un complexe handicapant. Cela survient surtout chez les enfants qui ont du mal à supporter les surnoms du genre « babar » ou oreilles d’éléphants. La plupart d’entre eux se terrent alors dans la solitude préférant s’éloigner pour qu’on ne se moque plus d’eux. De là, ils finissent par se renfermer sur eux-mêmes et, même en grandissant, ils deviennent solitaires, peu sociables et taciturnes.

Pour leur éviter cela, l’otoplastie est une solution radicale. Cette intervention vise à créer l’anthélix, en général, absent chez les oreilles décollées. Une fois cette plicature mise en place, l’oreille se rapproche plus du crâne et le décollement des oreilles n’est plus du tout visible.

Dans la majorité des cas, le chirurgien réalise une petite incision derrière les oreilles puis enlève un petit bout de cartilage. La future cicatrice est ensuite dissimulée dans les plis naturels derrière l’oreille laquelle se retrouve plus petite et plus près de la tête.

Les conditions à respecter

Cette intervention est l’une des rares chirurgies pouvant être réalisées chez les enfants. Attention toutefois, avant d’intervenir, le chirurgien doit déterminer les raisons réelles qui poussent à cette chirurgie et doit expliquer en détails à l’enfant, le déroulement de l’intervention. Le but n’est pas de lui faire peur, mais de lui faire comprendre le changement qui va s’opérer après l’opération. Dans certains cas, le praticien peut demander la collaboration d’un psychologue afin d’identifier le complexe du jeune patient. Il est obligatoire que la demande provienne de ce dernier et les parents ne peuvent en aucun cas l’y obliger.

Adulte ou enfant, ceux qui ont eu droit à cette chirurgie ont constaté une amélioration de leur qualité de vie puisqu’ils n’ont plus à supporter les moqueries et les regards en biais, ils n’ont plus peur du regard des autres et ont plus confiance en eux.