Prothèse de hanche en Tunisie

Prothèse de hanche en Tunisie

Après examens médicaux dans votre pays, votre médecin vous a prescrit une prothèse de la hanche, mais vous hésitez à le faire par manque d’informations ?

L’équipe de Cosmetica Travel vous donne toutes les réponses du point de vue médical et économique. Elle vous propose une prise en charge intégrale, répondant aux normes de niveau international et dans un cadre exotique et reposant.

Qu’est-ce qu’une prothèse de hanche ?

L'articulation de la hanche se compose de deux extrémités osseuses :

  • L’extrémité supérieure du fémur : la tête du fémur reliée à la diaphyse fémorale (partie principale du fémur) par le col du fémur
  • La partie articulaire concave du bassin : la cotyle

La prothèse de hanche totale (PTH) se compose de deux pièces emboîtées :

  • La 1ère pièce : concave en forme de “cupule”, sera fixée sur le bassin à la place de la « cotyle », elle est en polyéthylène ou en céramique.
  • La 2ème pièce : une tige terminée par une boule, sera introduite dans le fémur (os de la cuisse) à la place de sa partie supérieure (le col et la tête du fémur), elle en acier inoxydable ou en alliage chrome –cobalt ou en titane.

La fixation des pièces prothétiques au niveau de l’os peut se faire soit avec une colle spéciale dite « ciment acrylique», on parle dans ce cas de prothèse cimentée soit sans colle grâce à l’os qui va repousser autour des éléments implantés « ancrage biologique », on parle de prothèse non cimentée.

C’est le chirurgien qui détermine le choix du type de prothèses et des modalités opératoires en fonction de l’importance des lésions et de l’état général de chaque patient.

En quelque sorte c’est une hanche neuve qui va être retrouvée.

Pour que l’ensemble de la prothèse fonctionne parfaitement, il ne suffit pas que chaque pièce soit bien positionnée et fixée, mais il est aussi essentiel que la musculature environnante soit correcte et équilibrée d’où l’importance de la rééducation postopératoire.

Dans quels cas la prothèse de hanche est indiquée ?

La principale indication d’une prothèse de hanche reste la coxarthrose. Ce terme signifie l’usure du cartilage de la hanche : les surfaces articulaires vont se retrouver dénudées de cartilage et le contact articulaire va se faire alors « os contre os » entraînant douleurs articulaires et une invalidité.

La coxarthrose peut survenir de façon spontanée avec l’âge, mais peut être favorisée par la survenue d’un accident, fracture, surpoids, infection…

La prothèse est également indiquée dans les maladies rhumatismales qui entraînent une destruction de la hanche (polyarthrite rhumatoïde, spondylarthrite ankylosante…).

Les autres indications sont : la nécrose de la hanche (arrêt de la vascularisation au niveau de l’articulation), un accident, plusieurs maladies osseuses, …

Toutes ces maladies aboutissent à un résultat identique : la hanche va devenir douloureuse et raide à la mobilisation. Elle ne peut plus jouer son rôle de soutien et d’articulation. Progressivement, les douleurs vont devenir tellement insupportables que le sujet va limiter toutes ses activités et se confiner au lit. La solution ne peut être apportée que par la mise en place d’une prothèse de hanche.

En savoir plus sur la mise en place d’une prothèse de genoux.



Prix d’une pose de prothèse de hanche en Tunisie

Bénéficiez de notre prix très compétitif pour votre prothrèse de hanche:

Opérations Notre prix Prix en Europe Économie
Prix Prothèse de hanche 7000 € 12727 € 45 %

Pose de prothèse de hanche en Tunisie en bref

Opérations

Anesthésie Durée Intervention Séjour À L’hopital Séjour En Tunisie Reprise Du Travail Prix All Inclusive
Prothèse de hanche Générale 2-3 heure(s) 6 nuit(s) 10 nuit(s) 40-90 jour(s) 7000 €

Comment se déroule l’opération de la Prothèse de hanche ?

L’opération de la hanche est actuellement un acte fréquent et bien codifié.

L'incision se fera au niveau de la partie haute et antérieure de la cuisse (voie antérieure) ou au niveau de la partie postérieure et externe de la fesse (voie postéro-externe).

Le chirurgien expose l'articulation de la hanche, retire les parties endommagées et les remplace avec grande précision par les composants prothétiques.

Un drain est placé au niveau de l’articulation pour évacuer les sécrétions.

A la fin de l’intervention, la hanche est refermée.


Cicatrices d’opération de la prothèse de hanche

L’emplacement de la cicatrice après une prothèse de la hanche dépend de la voie d’abord choisie par le chirurgien.

  • dans le cas de la voie antérieure, la cicatrice se situera sur la face antérieure de la cuisse, dans sa partie haute
  • dans le cas de la voie postéro-externe, la cicatrice se situera sur la face externe de la fesse

Dans les deux cas, les cicatrices seront très visibles dans les premiers mois après l’intervention, mais au bout d’environ 12 mois, la cicatrisation arrivera à maturité et elles seront alors plus discrètes.


Prothèse de hanche : Quelles sont les suites opératoires ?

Après une prothèse de hanche, les suites opératoires doivent être bien respectées pour une guérison rapide. Ainsi,

  • Au cours du 1er jour post-opératoire (J1), le kinésithérapeute aide le patient à se mettre en position assise dans le lit.
  • Au cours du J2, le patient est assisté pour s’asseoir sur le fauteuil.
  • Au cours du J3, le premier lever et les premiers pas avec déambulateur ou canne sont effectués. La rééducation est poursuivie par la suite de façon quotidienne et régulière.
  • Des médicaments anti-douleurs, des antibiotiques ainsi que des anticoagulants sont prescrits. Les anticoagulants visent à réduire le risque de formation de caillots dans le sang.
  • Les drains mis au niveau de la plaie sont retirés quelques jours après l’intervention, généralement à J3.
  • Les soins de cicatrices sont effectués régulièrement.
  • Afin de maintenir la hanche opérée en position, un coussin est placé entre les jambes du patient.

La rééducation démarrée pendant la période d’hospitalisation devra être poursuivie au cours de séances quotidiennes d’abord assistées par un kinésithérapeute qualifié puis seul pendant deux à trois mois. Le but principal est d’augmenter progressivement la mobilité de l’articulation, tonifier les muscles et favoriser la circulation sanguine. Il s’agit en effet de l’étape la plus importante dans la pose de la prothèse.

Le degré de récupération après la pose de la prothèse dépend de la qualité et de la durée de la rééducation, mais aussi de la motivation personnelle du patient ainsi que de sa persévérance dans l’application des exercices.


Résultats attendus après la pose de prothèse de hanche

La chirurgie de la hanche, en remplaçant la partie endommagée de la hanche, permet de retrouver une vie active normale avec :

  • Une disparition complète des douleurs.
  • La récupération optimale de la fonction articulaire (souplesse et stabilité).
  • La récupération optimale de l’autonomie fonctionnelle et la reprise des activités quotidiennes.
  • Plus de stabilité des jambes

Cette opération est devenue un geste tout à fait courant et son taux de succès entre mains expérimentées est de l'ordre de 97 %. Le résultat définitif ne sera ressenti qu’au bout de 5 à 8 mois.


Photos avant/après une pose de prothèse de hanche


Conseils avant/après une pose de prothèse de hanche

Avant l’intervention, il faut :

  • Conseils généraux :
    • Arrêter de fumer plusieurs semaines avant la date prévue de l’opération
    • Réduire au maximum la consommation d’alcool, quelques semaines avant l’intervention
    • Consulter le médecin traitant afin d’équilibrer au mieux les éventuelles maladies chroniques (diabète, asthme, hypertension artérielle, troubles thyroïdiens, épilepsie, ...)
    • Prévoir des “bas de contention” pour les porter le jour de l’intervention afin de prévenir la survenue de « phlébite » (formation de caillots dans la circulation sanguine)
    • Essayer de perdre un éventuel excès de poids
    • Prendre le soin de bien remplir le formulaire « Dossier Médical » et de répondre à toutes ses questions
  • Conseils spécifiques :
    • Consulter de façon systématique le médecin traitant pour dépister et traiter toutes les infections éventuelles (infections ORL, infection urinaire, plaie cutanée,…). En cas d’infection, il faut la faire soigner par le médecin traitant dans le pays d’origine, faute de quoi l’opération pourrait être reportée
    • Consulter de façon systématique (même en l’absence de tout signe) le dentiste pour dépister et traiter tous les abcès et caries dentaires

Pratiquer des activités qui visent à développer la musculature du haut du corps pour une bonne capacité à utiliser les déambulateurs et les béquilles à la suite de l’intervention

La veille de l’intervention, il faut :

  • Rester à jeun à partir de minuit (8 à 10 heures avant l’acte), ceci veut dire ne plus rien manger, boire ou fumer
  • Prendre une douche en insistant sur la région de la hanche avec un savon antiseptique moussant (type : polyvidone iodée, chlorexidine, …) et une brosse
  • Prendre un bain de bouche avec un antiseptique
  • Eviter les produits de toilette parfumés, maquillage et vernis à ongles
  • Se relaxer et profiter d’une bonne nuit de sommeil

Après l’intervention, il faut :

  • Conseils généraux :
    • Se faire assister par un auxiliaire médical (kinésithérapeute, infirmier) lors du premier lever
    • S’abstenir de fumer au moins quelques semaines après l’intervention
    • Ne pas hésiter à appeler l’infirmière en cas de douleur
    • Eviter de prendre un bain durant trois semaines. Au cours de cette période, il est possible de prendre des douches tout en protégeant les points de suture du jet d'eau à l'aide d’un pansement
  • Conseils spécifiques :

Au cours des trois premiers mois après l’intervention, pensez à :

    • Continuer impérativement la pratique des exercices de rééducation appris au cours de la 1ère période
    • Continuer le port de bas de contention tant qu’une activité physique normale n’a pas été reprise
    • Marcher : la marche se fera à l’aide de deux béquilles au cours des quatre premières semaines suivant l'opération. Puis, le patient devra essayer de marcher avec une seule béquille. De la 4ème à la 8ème semaine, l'utilisation des béquilles se réduira de plus en plus. Après environ huit semaines, la marche ainsi que la montée et la descente des escaliers est tout à fait possible sans béquilles
    • Eviter de croiser les jambes et de s’accroupir
    • Eviter le mouvement à grand risque de luxation « déboîtement » de la prothèse pendant trois mois après l’intervention. Ce mouvement résulte de la combinaison de trois gestes :
      • rapprocher la cuisse en dedans
      • tourner la cuisse en dedans
      • fléchir la hanche de façon importante
    • Se coucher dans le lit : Eviter un lit trop bas et trop mou. Préférer la position couchée, sur le dos, jambes écartées avec un coussin entre les jambes durant les premiers mois. En cas d’installation sur le côté, éviter de croiser les jambes et de placer un coussin entre les genoux
    • Se lever du lit : se placer du côté opposé à la prothèse, tendre les jambes, serrer les genoux et se redresser, de préférence du côté opéré. Prévoir un lit de hauteur adaptée et un matelas qui ne soit pas trop mou
    • Position assise : les genoux doivent être plus bas que les hanches (l’angle entre la cuisse et le bassin ne doit jamais dépasser les 90°). Prévoir donc de mettre un coussin sous les fesses, éviter de trop se pencher en avant et éviter de s’asseoir sur un siège trop bas. N’utiliser que des fauteuils avec accoudoirs et éviter les chaises.
    • Eviter de ramasser quelque chose au pied du lit ou de faire un geste pour relever une couverture. Ces gestes sont en effet dangereux pour votre articulation. La seule possibilité pour ramasser un objet au sol est d’être assis et de ramasser l’objet à l’aide d’une pince destinée à cet effet.
    • Pour se chausser : commencer par s’asseoir puis se chausser et se lever en s’aidant de ses membres supérieurs. Le premier mois, utiliser des chaussures sans lacets
    • Utiliser un réhausseur de cuvette dans les toilettes
    • Utiliser une douche plutôt qu'une baignoire
    • Eviter de s'asseoir dans un fauteuil ou sur un lit trop bas
    • Conduire la voiture : la conduite devra être différée après le 45ème jour après la pose de la prothèse. Une autorisation préalable de la part du kinésithérapeute est recommandée. Apprendre les bonnes pratiques pour monter et descendre de la voiture de façon à ne pas imposer un mouvement luxant à la hanche
    • Le patient devra respecter une certaine discipline et éviter les mouvements interdits pendant les trois premiers mois après l’intervention, temps nécessaire pour que la hanche soit stable, faute de quoi il y a risque de luxation ou de descellement de la prothèse
Un corps de rêve en quelques clics
Tarifs chirurgie esthétique
Plus de 6 000 clients satisfaits
Selon la période, l'intervention et autres critères